Voluptés sportives

Publié le par Sophie

Philippe Delerm, La tranchée d'Arenberg et autres voluptés sportives
"Bientôt le groupe éclate, et chacun fait sa propre course aimentée par le chronomètre, dans une solitude résignée. La plupart n'ont même plus la force de sprinter dans les derniers cents mètres. Ils s'affalent sur la piste, ou dans l'herbre, s'étreignent quelquefois avant même de connaître le résultat. C'est cela qui est beau, cette reconnaissance de l'effort de l'autre à travers sa propre douleur. Dans quelques minutes, il y aura place pour le bonheur, la tristesse. Mais mantenant, ils sont ensemble. c'est ça le décathlon."

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sarah 20/02/2007 18:58

Oui, c'est lui-même.

riri 20/02/2007 18:56

c'est le Philippe delerm de plaisirs minuscules ... comme la première gorgée de bière ???

Sarah 20/02/2007 11:21

Est-ce qu'il en est de même dans les sports collectifs? Chacun à son poste, à son rôle aussi bien technique, physique, mental et social. Et chacun fait de son mieux à côté de son partenaire pour aboutir à la victoire ou non. A la fin du match, chacun à sa façon vivra la défaite ou la victoire, mais les joueurs auront vécu ensemble une suite d'évènements et d'actions. Qu'en est-il du manager seul sur son banc??